Eloge des pratiques ordinaires

Utilisant parfois le mot terrain, je me fais souvent prendre au piège de mes contradictions quand, dans une intervention, on m’oppose « le terrain » comme en décalage avec ce que je dis alors que je prétends m’en tenir moi aussi à ce même terrain pour argumenter. Il se trouve qu’avec le développement des médias traditionnels suivi des nouveaux médias, un phénomène nouveau apparaît : si avec l’écrit (livre, journaux etc…) seuls une petite partie accède au droit à tenir parole (cf le rôle des éditeurs comme filtre), avec de nouveaux médias de plus en plus interactifs (la radio, la télévision puis Internet) on accède progressivement à la possibilité pour quiconque de rendre compte du « terrain » qui est le sien. Ainsi lorsque quelqu’un oppose le terrain, le sien, à votre propos, il vous situe comme un de ces anciens médias qui semblent coupés de la réalité. Mais la difficulté vient du fait que ce terrain qui est mis en avant n’est jamais qu’un terrain, celui de celui qui parle. Il faut donc, selon moi, pour parvenir à changer cette opposition stérile, en venir à une autre expression, celle de « pratique ordinaire ». Les travaux de certains courant de la sociologie française contemporaine (B. Lahire, M. Bernoux, D. Pasquier etc…) en viennent à considérer que ces pratiques ordinaires loin d’être négligeables sont en fait l’expression de ce qui fait la complexité de l’individu. Plusieurs logiques d’action traversent un même individu. La catégorisation si souvent tentée est un leurre. C’est pourquoi la notion de terrain ne peut être utilisée de façon efficace, car supposant une catégorisation de l’expérience qui serait homogène. Or l’approche des pratiques ordinaires à ceci de remarquable qu’elle est souvent complexe, voire contradictoire dans un même individu et qu’elle interdit rapidement toute vision homogène du « terrain ». Le problème évoqué ici vient du fait que dans certains médias interactifs, un certain nombre d’intervenants s’arrogent l’autorité de définir et de dire ce que pense le terrain (ou encore la réalité). Cet abus de pouvoir est très présent dans les commentaires de nombreux médias et est fort irritant, surtout quand cette pratique se développe dans toute la sphère des communiquants, professionnels ou non. Passer de l’individuel au collectif est un racourci réthorique que l’on a souvent tendance à utiliser car il simplifie beaucoup la lecture du monde. Malheureusement, ce passage écrase les différences inter-individuelles mais aussi les morcellements intra-individuels. De plus la volonté légitime de s’appuyer sur une réalité pour énoncer un propos est louable, encore faut-il que cette réalité, ce terrain, ne soient pas le moyen de refuser d’accepter des différences. Utiliser l’argument du terrain est bien trop flou. Les nouveaux moyens d’expression permettant à chacun un droit de parole nouveau doit inciter à être très prudent et à respecter les différences. Malheureusement de nombreux exemples récents montrent que le spectacle de la lutte des terrains, des idées et des opinions est bien plus « vendeur » que la recherche de la compréhension des phénomènes qui nous entourent. Ainsi la dérive de certains blogs actuels en affrontement de conviction et de terrain ne mène à rien d’autre qu’à épuiser les gens qui, se posant des questions, ont tenté de porter à la connaissance des autres leur terrain, leur histoire, leur expérience dont il se sont vite faits déposséder par ceux qui « s’autorisent à penser » le terrain des autres. Les pratiques ordinaires ont ceci de particulièrement remarquable et d’intéressant qu’elles se développent en deça du seuil de disibilité, autrement dit qu’elles ne sont pas destinées à être parlées, mais à être vécues. Dès lors que l’on s’empare de ces pratiques pour en faire un terrain ou la réalité, il faut alors commencer à soupçonner le propos.

Bruno Devauchelle

Rapport Périssol, morceaux choisis

Voici des citations extraites « volontairement » de l’ensemble du rapport et qui peuvent amener à débattre…

Lire la suite

Contestation lycéenne

L’expression actuelle des lycéens mérite notre attention. En effet, manifestations, violences, peut-être même manipulations semblent rassembler dan sun tout quelque chose qui doit alerter le monde adulte. et plus particulièrement celui des personnels des établissements scolaires.

Si la tradition lycéenne est respectée dans la forme, on peut essayer de voir, au delà de ces apparences, le sens qui se dégage de ces mouvements comme un signe complémentaire d’une certaine désespérance face au système éducatif. Il semble que les différents propos tenus par les manifestants tentent d’alerter le monde des adultes sur son incapacité à « communiquer » dans un nouveau cadre constitué par la société actuelle. A lire les compte rendus des divers évènements, on s’aperçoit qu’une absence d’écoute et d’échange ait fait de la place à des tentatives d’agressions verbales, physiques, ou de repli sur soi. Cette évolution que l’on peut observer de façon de plus en plus fréquente dans notre société amènerait à considérer que la débat ordinaire n’existe plus. D’une part les détenteurs du pouvoir dans les institutions cachent ce qu’ils font réellement, d’autre part les agents de notre société ne semblent avoir d’autre choix que de commettre des actions agressives avant même d’engager le débat. Philippe Breton nous a alerté depuis longtemps sur le sujet (société communicante non rencontrante) mais ses propos n’ont pas été, fort logiquement d’ailleurs, entendus. La responsabilité du monde adulte actuelle est totale : s’il ne parvient pas à rétablir le débat, il sera responsable des dérives communautaristes qui pointent actuellement. Les adultes seraient-ils devenus arrogants ? On ose à peine le penser, mais on est forcer de s’interroger soi même devant tous ces messages qu’envoient les jeunes dans leurs manifestations.

La Direction des Technologies du ministère de l'éducation semble aller à la dérive.

A plusieurs reprises, au cours des derniers mois, le ministère de l’éducation a, à propos des TIC, dévoilé un visage auquel nous étions peu habitués. En effet il se transforme progressivement en agence de soutien aux entreprises du secteur informatique ou périphérique. Citons quelques exemples comme le portable à 1 euro, l’éducation citoyenne avec la société calysto ou encore le développement des environnements numériques de savoir (ENS). Quand on lit les articles publiés à propos de ces opérations, on s’aperçoit que le ministère, par la voix du responsable de la Direction des Technologies et par ailleurs conseiller aux technologies en tant que délégué aux usages de l’Internet, se fait régulièrement le promoteur des entreprises dont il a retenu les produits. S’il est clair qu’un minsitère ne peut ignorer les acteurs économiques, doit-il pour autant se charger de faire leur promotion allant même jusqu’à les substituer aux enseignants comme le montre le contrat passé avec cette société appelée Calysto : « Montée par l’agence de conseil Internet Calysto, cette opération résulte d’un partenariat entre le ministère de l’éducation nationale et des acteurs privés visant, selon les mots du ministre François Fillon dans l’édito du guide distribué aux élèves, à « construire les règles de prudence et de civilité qui s’imposent pour un usage confiant et responsable de l’Internet ». (le Monde, 7 avril 2005) La définition d’un partenariat est d’associé deux personnes ou entités qui chacune par leur compétence tendent à travailler sur un objet commun. Or ce qui n’est pas un partenariat c’est lorsque l’un des deux partenaires se substitue à l’autre. Ainsi comment le ministère peut-il se féliciter de la réussite de l’ordinateur à 1 euro alors qu’il n’a rien fait d’autre que de faire payer des entreprises pour leur faire de la publicité (cf les pages de publicité dans divers journaux). Il se met à la place de l’entreprise dont le rôle est de vendre des machines. Par contre lorsque les entreprises (cf Calysto) se substituent aux enseignants et à leur formateurs, on est plus du tout dans le partenariat. La dérive que nous observons est celle d’une logique qui tente de s’imposer. Cette logique est celle du résultat à court terme. Or en éducation, on peut toujours faire du médiatique sur le court terme, mais pour les résultat, seul le long terme est efficace. La logique du court terme est celle que des politiques tentent d’imposer à tous les secteurs de la société. L’éducation est actuellement en point de mire. Elle doit passer à une logique de résultat, alors qu’elle était pilotée par une logique de moyens. Ce changement de « paradigme » est l’explication essentielle, selon moi, de cette évolution qui se traduit par l’introduction des logiques industrielles et commerciales dans le secteur des services. On ne reprochera pas à une institution de déployer les logiques pour lesquelles ses responsables ont été élus. On reprochera simplement une erreur d’analyse de ces élus et de leurs « bras agissants ». Une analyse de différents phénomènes comme ceux de la privatisation de l’éducation dans certains états US ou encore les problèmes rencontrés par les transports ferroviaires anglais devraient être un signal d’alarme suffisant pour réfléchir. Malheureusement on en reste encore au court terme. En déployant actuellement cette activité en direction des entreprises, le ministère semble oublier que les enjeux sont d’une autre nature qu’une surface médiatique et la satisfaction de quelques entreprises. Les débordements éthiques de certains responsables de ces  » grandes » entreprises (confère les cerveaux pour le coca par exemple) ont un effet extrèmement important sur l’esprit qui se développe dans la tête de certains jeunes : la compétition à tout prix pour une réussite rapide. l’école la dedans a de moins en moins de place, elle n’est jamais rentable à court terme. Effort, travail, deux valeurs que certains élus voulaient remettre au gout du jour, or ils provoquent exactement l’inverse en développant de telles stratégies dans le monde éducatif.

A débattre

Bruno Devauchelle

En finir avec un mythe

Arrêtons de croire que les TIC dans l’école permettent de mieux apprendre !

Lire la suite

ENT au primaire

Faut-il ignorer le primaire pour la mise en place des ENT ?

Lire la suite

réforme Fillon

Les extraits TIC et Médias de la réforme

Lire la suite

Blog ou pas

L’engouement pour les blogs : qu’en penser

Lire la suite

Philippe Meirieu tape dans la fourmilière

Un texte polémique bienvenu

Lire la suite

Bienvenue sur mon blog

Accueil des nouveaux
Lire la suite