E-Mail 'L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI !' To A Friend

Email a copy of 'L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI !' to a friend

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...

(7 commentaires)

8 pings

Passer au formulaire de commentaire

    • THONI Olivier on 3 février 2011 at 21 h 52 min

    Bonjour Bruno,

    merci pour ton analyse, que je partage complètement : c’est bien le logiciel qui délimite l’usage, et l’infrastructure qui le conditionne. Quant à l’outil technologique, les dernières avancées en matière de vidéo-projecteur à très courte focale avec TBI intégré me donnent le sentiment d’un progrès pour l’usager enseignant (moins de déménagements, technologie plus discrète), et d’un plus grand confort pour l’élève (ni ombre projetée ni de « point chaud »).

    Pour l’aspect « logiciel », un projet africain vaut sûrement le détour : « Sankoré » : c’est un logiciel Open Source, universel pour TBI.
    ( http://www.sankore.org/les-ressources-sankore/creer-une-ressource/sankore-31 )
    Certes, il lui manque encore peut-être telle ou telle fonctionnalité présente chez tel autre produit, mais il est déjà de belle facture et son développement très dynamique devrait lui permettre de récupérer un grand nombre de fonctionnalités de ses équivalents propriétaires… Si des collègues ont des retours d’usage, ce serait intéressant !

    Toujours est-il que, quels que soient la salle, le matériel qui s’y trouve, et les logiciels pour l’utiliser, l’imagination des enseignants pour faire des merveilles pédagogiques est dans les starting-blocks avec le(s) TBI, n’attendant plus peut-être qu’une petite couche de formation pour permettre au plus grand nombre d’y accéder.

    Cordialement.

    Olivier

  1. je suis entièrement d’accord avec vous. Je n’utilise que le module de vote avec des boîtiers Activote sans TBI : l’interaction est réelle.
    Sinon des outils comme OOo4kids possèdent, dans le module Impress, des possibilités d’écriture très intéressantes (gomme, stylo) pour écrire sur les diapositives.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/OOo4Kids#Impress

    • Aurélie Mathis on 4 février 2011 at 16 h 52 min

    C’est une question plus que primordiale. Dans mon établissement, nous avons un TBI de marque A (le premier acheté) et une quinzaine de marque B : la différence flagrante de qualité des logiciels fait que les enseignants refusent simplement d’utiliser ce premier modèle. Nous avons essayé d’y installer uniquement le logiciel sans les drivers du B, mais évidemment, la compatibilité n’est pas optimale… D’où le côté indispensable de l’accompagnement de l’enseignant, j’ai d’ailleurs prévu de mettre en TBI de démo en accès libre pour que les enseignants viennent se « faire la main », non pas sur le matériel (extrêmement simple au final) mais sur les possibilités de la suite logicielle.

    • Morandi on 4 février 2011 at 19 h 58 min

    Bonjour

    « on vidéo projette sur un écran 4 fois plus grand le PowerPoint de l’enseignant… »

    A la place du mot PP préférer « présentation AO » ou diaporama …Puisqu’il s’agit de logiciel, on ne projette pas un logiciel !

    • Steph' on 16 avril 2011 at 8 h 31 min

    Bonjour,

    Je viens de tomber ici par hasard et je suis ravie de lire tant d’interrogations sur le TBI, son usage et sa valeur ajoutée. J’utilise un TBI dans des cours de FLE et c’est bien le logiciel qui a changé des choses dans la classe et pas le tableau en lui-même. Sinon, le TBI n’est qu’un vidéo-projecteur ultra-confortable qui nous permet de faire exactement les mêmes activités qu’à l’habitude avec un confort visuel intéressant.
    Bien sûr, la prise en main au départ semble un peu complexe, mais elle se fait pas à pas, les élèves eux, se débrouillent assez rapidement avec quelques manipulations simples.
    Au niveau du dynamisme du groupe, de l’interaction entre les élèves, de l’acquisition de lexique simple comme les consignes dont on a besoin dans une classe, tout se passe comme une évidence et j’ai été frappée dans les premiers temps par la place que le tableau prenait. Presque une personne à part entière et ben moi, j’observais tranquillement dans un coin, prenant des notes pour la suite du cours.
    Très Bonnes Idées à tous,
    Stéphanie

    • Steph' on 16 avril 2011 at 8 h 36 min

    Bonjour,

    Je viens de tomber ici par hasard et je suis ravie de lire tant d’interrogations sur le TBI, son usage et sa valeur ajoutée. J’utilise un TBI dans des cours de FLE et c’est bien le logiciel qui a changé des choses dans la classe et pas le tableau en lui-même. Sinon, le TBI n’est qu’un vidéo-projecteur ultra-confortable qui nous permet de faire exactement les mêmes activités qu’à l’habitude avec un confort visuel intéressant.
    Bien sûr, la prise en main au départ semble un peu complexe, mais elle se fait pas à pas, les élèves eux, se débrouillent assez rapidement avec quelques manipulations simples.
    Au niveau du dynamisme du groupe, de l’interaction entre les élèves, de l’acquisition de lexique simple comme les consignes dont on a besoin dans une classe, tout se passe comme une évidence et j’ai été frappée dans les premiers temps par la place que le tableau prenait. Presque une personne à part entière et ben moi, j’observais tranquillement dans un coin, prenant des notes pour la suite du cours.
    Très Bonnes Idées à tous,

    • Céline Langlet on 7 mai 2011 at 7 h 28 min

    On peut même utiliser le logiciel sans avoir de TBI dans sa salle…logiciel qui sont, en général, plus puissants et pratiques que power point.

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Pierre Travers, brunodev. brunodev said: nouveau message, L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI ! – http://www.brunodevauchelle.com/blog/?p=806 […]

  2. […] ne crois donc pas du tout, comme le pense Bruno Devauchelle dans son blog, que "le TBI, c'est le logiciel". Pour moi, dans une très large mesure le TBI, c'est la surface de projection – donc le matériel […]

  3. […] – et même la composante déterminante (voir l’article récent de Bruno Devauchelle « L’intérêt du TBI, c’est le logiciel »). C’est pour moi une impression tout à fait fausse, une illusion car en fait, le TBI, c’est […]

  4. […] L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI ! […]

  5. […] de TNI afin de permettre aux enseignants de pouvoir utiliser plus facilement des TNI différents. L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI. A lire de nombreux documents sur les usages pertinents du TBI, il apparait de plus en plus […]

  6. […] L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI. A lire de nombreux documents sur les usages pertinents du TBI, il apparait de plus en plus clairement que l’objet technique n’est qu’un simple périphérique d’entrée/sortie, mais que c’est le logiciel qui fait la plupart des qualités du TBI ! En fait ce n’est pas l’objet qui est à questionner mais la façon dont on en parle. En effet la confusion entre l’outil, le logiciel et le contexte pédagogique d’usage est à la base de cet engouement étonnant de naïveté dans les propos. […]

  7. […] L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI ! A lire de nombreux documents sur les usages pertinents du TBI, il apparait de plus en plus clairement que l’objet technique n’est qu’un simple périphérique d’entrée/sortie, mais que c’est le logiciel qui fait la plupart des qualités du TBI ! En fait ce n’est pas l’objet qui est à questionner mais la façon dont on en parle. En effet la confusion entre l’outil, le logiciel et le contexte pédagogique d’usage est à la base de cet engouement étonnant de naïveté dans les propos. Il faudrait revenir (encore une fois) à certains texte des années 1980 ou 1990 pour retrouver ces mêmes confusions à propos de l’ordinateur ou du CDROM multimédia… Tout serait question de mot, s’il n’y avait ces tentatives de manipulation, commerciales, idéologiques, voire politique pour convaincre du bienfait des TIC, sans jamais aller voir de plus près ce dont on parle. […]

  8. […] L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI ! A lire de nombreux documents sur les usages pertinents du TBI, il apparait de plus en plus clairement que l’objet technique n’est qu’un simple périphérique d’entrée/sortie, mais que c’est le logiciel qui fait la plupart des qualités du TBI ! En fait ce n’est pas l’objet qui est à questionner mais la façon dont on en parle. […]

Les commentaires sont désactivés.

%d blogueurs aiment cette page :