L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI !

A lire de nombreux documents sur les usages pertinents du TBI, il apparait de plus en plus clairement que l’objet technique n’est qu’un simple périphérique d’entrée/sortie, mais que c’est le logiciel qui fait la plupart des qualités du TBI ! En fait ce n’est pas l’objet qui est à questionner mais la façon dont on en parle. En effet la confusion entre l’outil, le logiciel et le contexte pédagogique d’usage est à la base de cet engouement étonnant de naïveté dans les propos. Il faudrait revenir (encore une fois) à certains texte des années 1980 ou 1990 pour retrouver ces mêmes confusions à propos de l’ordinateur ou du CDROM multimédia… Tout serait question de mot, s’il n’y avait ces tentatives de manipulation, commerciales, idéologiques, voire politique pour convaincre du bienfait des TIC, sans jamais aller voir de plus près ce dont on parle.

Faisant un test sur ce que sont les TBI, en les manipulant dans différentes configurations d’installation, on s’aperçoit que la multiplicité des logiciels pose bien plus de problèmes que la multiplicité des techniques mises en oeuvre dans les TBI. Il y a certes des questions sur les choix matériels, mais elles sont beaucoup plus nombreuses dès lors que l’on examine les logiciels. Quant aux pédagogies qui se mettent en place, il y a encore beaucoup à dire sur « la pédagogie embarquée » dans le couple logiciel matériel. Dans quelle mesure les choix faits impliquent telle ou telle possibilité de pédagogie. Et cela sans parler du lien entre ces couples matériels logiciels et les autres objets techniques présents dans la classe, à commencer par l’ordinateur et en poursuivant par l’ordinateur, le visualiseur et autres périphériques ou unités centrales qui agissent ensemble dans ce contexte. En enfin l’examen du lieu d’implantation et la configuration des locaux de classe sont déterminants pour « imaginer » ce que l’on peut faire d’un TBI.

Plusieurs articles publiés sur le site québécois du récit illustrent ce questionnement sur l’entrée logicielle ou l’entrée matérielle :
Atelier TBI du récit : http://recit.qc.ca/spip.php?article625,
Blogs sur le TBI en classe : http://tbi.recit.qc.ca/
Les phases d’appropriation du TBI :http://tbi.recit.qc.ca/index.php?option=com_content&view=article&id=127:les-phases-dappropriation-du-tbi-&catid=64:texteseditorials&Itemid=121

C’est en particulier celui-ci qui illustre le plus clairement ces difficultés : table ronde sur les TBI : http://recit.qc.ca/spip.php?article393
Un guide publié en suisse apporte un autre éclairage complémentaire : http://enseignement.educa.ch/fr/enseigner-tableaux-blancs-interactifs

Evoquons quelques uns des questionnements que l’on peut relever ici ou là à propos du matériel :
Le tableau blanc du TBI doit-il être spécifique (écran) ou être un simple tableau blanc à marqueurs ou les deux juxtaposés ?
Le tableau doit il être lui même exclusif du logiciel utilisé ?
Le tableau doit disposer de caractéristiques uniques empêchant tout usage en dehors de la configuration proposée ?
Le lien entre l’ordinateur et le tableau peut-il se faire à distance suffisante ou faut-il prévoir un ordinateur dédié proche ?
L’utilisateur peut-il utiliser son propre ordinateur pour piloter le tableau ou doit-il avoir recours à un transfert vers l’ordinateur dédié ou vers un site internet de partage (ENT ?)
Par quoi se trouve pilotée l’image projetée sur l’écran :  un crayon, la main, par une tablette graphique (sans écran), par un ordinateur à écran à saisie par stylet, par une tablette numérique, en monopoint ou en multipoint ?
Le tableau est-il fixe ou mobile ?
Le tableau est-il associé physiquement au vidéoprojecteur ?

Evoquons simplement aussi le contexte de mise en oeuvre, la salle de classe, …: Il est aisé d’observer que, selon la configuration des salles de classe l’usage du TBI est plus ou moins aisé. Bien souvent, dans les salles de trop petites classes, il est quasiment impossible de permettre aux élèves d’interagir avec le tableau sans des déplacements difficiles. Faire venir un élève au tableau, vieille tradition pédagogique, n’ajoute rien à l’interactivité de la classe. Il rend simplement plus attrayant pour l’élève la venue au tableau, mais nécessite dans de nombreux cas une maîtrise du logiciel par l’élève… sinon c’est le professeur qui fait le travail… Selon les réponses que l’on fournit aux questions précédentes et selon le contexte physique de mise en oeuvre, le TBI ne répond pas de la même manière aux besoins. Un échange assez vif observé récemment entre un enseignant utilisateur et un chef d’établissement a mis en évidence une divergence nette d’appréciation sur ces questions (il s’agissait se savoir si l’écran pouvait ou non servir à autre chose que le TBI). Cela illustre de manière modeste la vivacité des questions que l’on doit prendre en compte…. L’observation récente de salles d’enseignement supérieur (amphi à l’ENS de Lyon, amphi du CNAM à Paris) m’a montré l’absurdité du déploiement de TBI : dans des salles pouvant contenir 150 étudiants et plus un TBI a écran dédié est placé sur le coté de la « scène ». La taille de l’écran rend impossible toute projection interactive significative et surtout lisible. Alors qu’à conté on vidéo projette sur un écran 4 fois plus grand le PowerPoint de l’enseignant…

Enfin revenons à notre point de départ : le logiciel. Ou plutôt les logiciels. Ce sont eux qui font « presque tout » et qui sont déterminants pour les usagers. Malheureusement ils sont passés sous silence dans la plupart des cas. Du coup nombre d’enseignants se trouvent en présence d’un outil qui n’est pas forcément celui qu’ils ont pu voir en démonstration chez des collègues par exemple… La lourdeur de certains logiciels de pilotage de TBI est égale parfois à leur richesse fonctionnelle. Mais cette richesse fonctionnelle a un prix, une multiplicité des possibilités qui supposent un travail d’apprentissage non négligeable. A moins que ne se produise le cas suivant : l’utilisation du TBI se résume à un pilotage à distance de l’ordinateur et à quelques fonctions de base (enregistrement du tableau) Une manipulation comparative peut être faite : je suis en train d’utiliser un logiciel quelconque sur Internet ou en local et je souhaite récupérer une partie de l’écran dans une page du tableau blanc proposé par le logiciel TBI pour ensuite le réutiliser dans ma présentation de cours. En comparant cette mise en oeuvre dans différents logiciels, on s’aperçoit que cette manipulation spectaculaire… ne se fait pas aussi simplement qu’il y parait dans plusieurs produits. Parfois il faut passer par un enregistrement sur disque, d’une page écran avant modifications, parfois après modifications, parfois ce transfert se fait instantanément sans que l’usager s’en rende compte. Entre les trois modes principaux, pilotage de l’ordinateur, superposition et tableau blanc, les passages ne sont pas aussi évidents que cela. Comparons aussi la palette des outils disponibles dans chacun des logiciels des différents vendeurs (quand le logiciel n’est pas indépendant du matériel comme pour certains d’entre eux) de TBI et on trouvera là aussi une source importante de différences.
Or ce sont les logiciels qui font la différence entre les produits, bien davantage que les matériels, même s’il ne faut pas les négliger. Les usagers et surtout les acheteurs (ce ne sont parfois pas les mêmes) feraient bien de réfléchir à ces points avant d’engager une commande. On peut s’interroger, naïvement, sur les raisons de ces disparités… mais on perçoit aisément les intérêts des uns et des autres à de telles politiques commerciales. Le problème est que l’enseignant qui veut utiliser ce genre d’outil pourrait avoir besoin d’un cadre simple et suffisamment homogène pour aller plus avant dans les produits. A moins que le développement commercial ne préfère s’adresser aux profs branchés… qui vont passer des heures sur le produit pour faire ensuite de brillantes démonstrations… Quant aux démonstrations pédagogiques disponibles en vidéo, elles ne montrent que peu de ces usages avancés et renvoient en réalité à des pratiques simples de l’outil mais dans des choix pédagogiques qui sont parfois plus complexes… L’avenir pourra nous dire ce qu’il adviendra de ces machines et de leurs logiciels. Les projets libres dans le domaine semblent se développer en ce moment. Il est intéressant de les observer car elles pourraient bien mettre à mal ces approches dont on peut penser qu’elles sont peu porteuses d’avenir.

La rumeur (le buzz) organisé autour du TBI a été tellement forte qu’elle a permis toutes les outrances communicationnelles. Il est temps de reprendre la sagesse de l’analyse et une réflexion réellement pédagogique. A lire ces lignes ont peut se poser quelques questions (http://enseignement.educa.ch/fr/synth%C3%A8se) : »  Enfin, il convient de préciser qu’aucune étude expérimentale n’a pu encore démontrer d’effet significatif et durable sur les performances scolaires à long terme des élèves suite à l’introduction de tableaux blancs interactifs dans leur classe. » Malheureusement nombre de décideurs (il en est de même régulièrement avec les nouvelles technologies) cèdent au chant des sirènes. Celui-ci a une caractéristique particulière : il propose un outil numérique que les élèves et les profs ne trouveront au moins pas à la maison ! L’argument est habile. L’école marque ainsi sa différence… mais pour combien de temps… au risque de rapidement retomber dans une forme d’exotisme, ou de spectacularisation médiatique, ans rapport avec les véritables questions posées par le développement des pratiques du numérique dans la société…

A débattre

BD

Print Friendly, PDF & Email
Warning: in_array() expects parameter 2 to be array, null given in /htdocs/public/www/blog/wp-content/themes/graphene/inc/plugins.php on line 92

(7 commentaires)

7 pings

Passer au formulaire de commentaire

    • THONI Olivier on 3 février 2011 at 21 h 52 min
    • Répondre

    Bonjour Bruno,

    merci pour ton analyse, que je partage complètement : c’est bien le logiciel qui délimite l’usage, et l’infrastructure qui le conditionne. Quant à l’outil technologique, les dernières avancées en matière de vidéo-projecteur à très courte focale avec TBI intégré me donnent le sentiment d’un progrès pour l’usager enseignant (moins de déménagements, technologie plus discrète), et d’un plus grand confort pour l’élève (ni ombre projetée ni de « point chaud »).

    Pour l’aspect « logiciel », un projet africain vaut sûrement le détour : « Sankoré » : c’est un logiciel Open Source, universel pour TBI.
    ( http://www.sankore.org/les-ressources-sankore/creer-une-ressource/sankore-31 )
    Certes, il lui manque encore peut-être telle ou telle fonctionnalité présente chez tel autre produit, mais il est déjà de belle facture et son développement très dynamique devrait lui permettre de récupérer un grand nombre de fonctionnalités de ses équivalents propriétaires… Si des collègues ont des retours d’usage, ce serait intéressant !

    Toujours est-il que, quels que soient la salle, le matériel qui s’y trouve, et les logiciels pour l’utiliser, l’imagination des enseignants pour faire des merveilles pédagogiques est dans les starting-blocks avec le(s) TBI, n’attendant plus peut-être qu’une petite couche de formation pour permettre au plus grand nombre d’y accéder.

    Cordialement.

    Olivier

  1. je suis entièrement d’accord avec vous. Je n’utilise que le module de vote avec des boîtiers Activote sans TBI : l’interaction est réelle.
    Sinon des outils comme OOo4kids possèdent, dans le module Impress, des possibilités d’écriture très intéressantes (gomme, stylo) pour écrire sur les diapositives.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/OOo4Kids#Impress

    • Aurélie Mathis on 4 février 2011 at 16 h 52 min
    • Répondre

    C’est une question plus que primordiale. Dans mon établissement, nous avons un TBI de marque A (le premier acheté) et une quinzaine de marque B : la différence flagrante de qualité des logiciels fait que les enseignants refusent simplement d’utiliser ce premier modèle. Nous avons essayé d’y installer uniquement le logiciel sans les drivers du B, mais évidemment, la compatibilité n’est pas optimale… D’où le côté indispensable de l’accompagnement de l’enseignant, j’ai d’ailleurs prévu de mettre en TBI de démo en accès libre pour que les enseignants viennent se « faire la main », non pas sur le matériel (extrêmement simple au final) mais sur les possibilités de la suite logicielle.

    • Morandi on 4 février 2011 at 19 h 58 min
    • Répondre

    Bonjour

    « on vidéo projette sur un écran 4 fois plus grand le PowerPoint de l’enseignant… »

    A la place du mot PP préférer « présentation AO » ou diaporama …Puisqu’il s’agit de logiciel, on ne projette pas un logiciel !

    • Steph' on 16 avril 2011 at 8 h 31 min
    • Répondre

    Bonjour,

    Je viens de tomber ici par hasard et je suis ravie de lire tant d’interrogations sur le TBI, son usage et sa valeur ajoutée. J’utilise un TBI dans des cours de FLE et c’est bien le logiciel qui a changé des choses dans la classe et pas le tableau en lui-même. Sinon, le TBI n’est qu’un vidéo-projecteur ultra-confortable qui nous permet de faire exactement les mêmes activités qu’à l’habitude avec un confort visuel intéressant.
    Bien sûr, la prise en main au départ semble un peu complexe, mais elle se fait pas à pas, les élèves eux, se débrouillent assez rapidement avec quelques manipulations simples.
    Au niveau du dynamisme du groupe, de l’interaction entre les élèves, de l’acquisition de lexique simple comme les consignes dont on a besoin dans une classe, tout se passe comme une évidence et j’ai été frappée dans les premiers temps par la place que le tableau prenait. Presque une personne à part entière et ben moi, j’observais tranquillement dans un coin, prenant des notes pour la suite du cours.
    Très Bonnes Idées à tous,
    Stéphanie

    • Steph' on 16 avril 2011 at 8 h 36 min
    • Répondre

    Bonjour,

    Je viens de tomber ici par hasard et je suis ravie de lire tant d’interrogations sur le TBI, son usage et sa valeur ajoutée. J’utilise un TBI dans des cours de FLE et c’est bien le logiciel qui a changé des choses dans la classe et pas le tableau en lui-même. Sinon, le TBI n’est qu’un vidéo-projecteur ultra-confortable qui nous permet de faire exactement les mêmes activités qu’à l’habitude avec un confort visuel intéressant.
    Bien sûr, la prise en main au départ semble un peu complexe, mais elle se fait pas à pas, les élèves eux, se débrouillent assez rapidement avec quelques manipulations simples.
    Au niveau du dynamisme du groupe, de l’interaction entre les élèves, de l’acquisition de lexique simple comme les consignes dont on a besoin dans une classe, tout se passe comme une évidence et j’ai été frappée dans les premiers temps par la place que le tableau prenait. Presque une personne à part entière et ben moi, j’observais tranquillement dans un coin, prenant des notes pour la suite du cours.
    Très Bonnes Idées à tous,

    • Céline Langlet on 7 mai 2011 at 7 h 28 min
    • Répondre

    On peut même utiliser le logiciel sans avoir de TBI dans sa salle…logiciel qui sont, en général, plus puissants et pratiques que power point.

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Pierre Travers, brunodev. brunodev said: nouveau message, L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI ! – http://www.brunodevauchelle.com/blog/?p=806 […]

  2. […] ne crois donc pas du tout, comme le pense Bruno Devauchelle dans son blog, que "le TBI, c'est le logiciel". Pour moi, dans une très large mesure le TBI, c'est la surface de projection – donc le matériel […]

  3. […] – et même la composante déterminante (voir l’article récent de Bruno Devauchelle « L’intérêt du TBI, c’est le logiciel »). C’est pour moi une impression tout à fait fausse, une illusion car en fait, le TBI, c’est […]

  4. […] L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI ! […]

  5. […] de TNI afin de permettre aux enseignants de pouvoir utiliser plus facilement des TNI différents. L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI. A lire de nombreux documents sur les usages pertinents du TBI, il apparait de plus en plus […]

  6. […] L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI. A lire de nombreux documents sur les usages pertinents du TBI, il apparait de plus en plus clairement que l’objet technique n’est qu’un simple périphérique d’entrée/sortie, mais que c’est le logiciel qui fait la plupart des qualités du TBI ! En fait ce n’est pas l’objet qui est à questionner mais la façon dont on en parle. En effet la confusion entre l’outil, le logiciel et le contexte pédagogique d’usage est à la base de cet engouement étonnant de naïveté dans les propos. […]

  7. […] L'intérêt du TBI, c'est le logiciel, pas le TBI ! A lire de nombreux documents sur les usages pertinents du TBI, il apparait de plus en plus clairement que l’objet technique n’est qu’un simple périphérique d’entrée/sortie, mais que c’est le logiciel qui fait la plupart des qualités du TBI ! En fait ce n’est pas l’objet qui est à questionner mais la façon dont on en parle. En effet la confusion entre l’outil, le logiciel et le contexte pédagogique d’usage est à la base de cet engouement étonnant de naïveté dans les propos. Il faudrait revenir (encore une fois) à certains texte des années 1980 ou 1990 pour retrouver ces mêmes confusions à propos de l’ordinateur ou du CDROM multimédia… Tout serait question de mot, s’il n’y avait ces tentatives de manipulation, commerciales, idéologiques, voire politique pour convaincre du bienfait des TIC, sans jamais aller voir de plus près ce dont on parle. […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :