E-Mail 'Les contradictions de l'écriture et de la pensée' To A Friend

Email a copy of 'Les contradictions de l'écriture et de la pensée' to a friend

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...

1 Commentaire

    • B. Majour sur 13 janvier 2010 à 12 h 45 min

    Si certains s’émeuvent contre le numériseur américain, c’est bien justement pour regarder au-delà de sa numérisation. Numérisation pour laquelle il exige une exclusivité, afin de ne passer que par lui, et alors on tombe loin de la diffusion à tous que vous envisagez.

    « Écrire pour être lu est en contradiction avec l’idée de faire payer pour lire. Plus j’écris, plus je fais payer et donc moins j’ai de lecteurs. »

    Je trouve ce passage particulièrement intéressant.
    Qui est vrai à une échelle réduite de temps, (on ne peut accaparer tout l’argent des lecteurs à un instant « t ») mais qui devient fausse sur la vie d’un auteur.

    En effet, plus j’écris, plus je sélectionne mon écrit pour n’en garder que le meilleur.

    Plus un public s’intéresse à mon écrit, à la qualité de ce que j’écris et moins j’ai envie que le public découvre mes oeuvres de jeunesse, avec leur qualité inférieure et des connaissances moindres à plusieurs niveaux. (un peu comme ses premiers billets pour un blogueur qui n’aurait jamais écrit et qui s’améliore avec le temps ; ceci avant de trouver son style et ses centres de prédilections : son expertise.)

    La contradiction n’est pas vraiment comme vous le dite entre la pensée et l’écriture… mais dans ce que l’auteur souhaite réellement : diffuser sa pensée ou obtenir rémunération contre son travail (ses recherches).

    Lorsque vous avez conquis votre public, que vous êtes lu, se pose alors la question : qui est prêt à me payer ? (qui accorde vraiment de la « valeur » à ce que je dis ?)
    Dans le monde papier, il existe plusieurs moyens de recevoir de la « valeur » : les honneurs, la notoriété, etc. et surtout l’argent.

    Dans le monde des blogs, vous avez les retours, les échanges avec d’autres, le partage communautaire… mais un jour ou l’autre, au vu du temps que vous y avez investi, au vu de votre expertise, la tentation de l’argent est là… ne serait-ce que pour savoir qui accorde vraiment de la valeur à ce que vous dites. Si ça vaut la peine de se donner tant de mal.
    Soit, le jeu en vaut-il la chandelle ?

    Rares sont ceux qui offrent sans compter, de manière inaltérable.

    Et puis, connaissant l’humain comme on le connaît, on se rend vite compte que le gratuit, pour lui, psychologiquement, ce n’est rien. Le gratuit n’a aucune valeur.

    Quelle différence entre la Rolex à 5000 euros et la tocante asiatique offerte avec le paquet de nouilles ? En théorie, aucune, elles offrent toutes les deux l’heure. Et, à part un cadeau d’une personne chère, la perte de la deuxième ne vous tirera qu’un : bof ! tant pis.

    D’où la tentation de l’argent.
    Ou alors de lier l’échange avec des personnes chères, dans des échanges qui ont du « prix ».

    Bien cordialement
    B. Majour

Les commentaires sont désactivés.

%d blogueurs aiment cette page :