«

»

Oct 08 2009

Quand va-t-on enfin éduquer nos enfants ?

Quel que soit l’environnement des humains au travers des âges, et plus particulièrement celui marqué par les TIC, la question est d’abord d’éduquer !!! Mais pour éduquer il faut savoir, et il faut aussi prendre des risques. Savoir c’est accéder à l’information honnête de la part de ceux qui en ont le pouvoir. Prendre des risques, c’est accepter l’inconnu, l’inattendu et en assumer les conséquences. Malheureusement quelques récentes évolutions des mentalités adultes nous montrent que ni l’un ni l’autre ne sont considéré comme des valeurs éducatives, mais plutôt comme des repères de contrôle.

Ainsi il vaut mieux que les jeunes n’aient pas accès aux savoirs directement, cela trouble l’apprentissage, disent certains. Mais cela trouble surtout le pouvoir de ceux qui sont légitimés par ce savoir. C’est à cause de ces craintes que d’aucun repoussent de plus en plus les TIC dans le monde scolaire.
De même, le principe de précaution, qui mériterait un autre débat que médiatique, tant il est un objet mythique dont la pratique individuelle est loin d’être acquise, est en opposition à la notion de risque. Parce que derrière précaution, il y a peur de la responsabilité, peur d’assumer les conséquences des actes que l’on commet, en écho à cette nouvelle forme de la société du spectacle : « le procès en culpabilité ».

Quels irresponsables sommes nous donc, nous qui avons laissé venir Internet, les téléphones portables, voire même les avons encouragés et qui sommes les premier à demander leur interdiction dans les collèges…. et les écoles.
Quels inconséquents sommes nous de cloisonner des mondes par des règles qui ne s’appliquent pas au monde voisin, sans s’apercevoir que le problème est que les jeunes vivent en même temps dans tous ces mondes. L’école sanctuaire revient au gout du jour !!!

Si je donne un téléphone portable à mon enfant, et qu’ensuite je demande des règles pour que celui-ci ne lui porte pas préjudice alors je suis irresponsable sur un plan éducatif. L’on pourrait ainsi établir une liste impressionnante de ces attitudes paradoxales en éducation.

Car il se pourrait bien que ce soit simplement notre capacité à éduquer qui soit en train de disparaître. Cette hypothèse émerge progressivement dans notre environnement dès lors que l’on écoute un tant soit peu nos congénères. Dans le monde enseignants les choses sont encore plus impressionnantes, tant la schizophrénie guette et tant le grand écart entre ce que je dis et ce que je vis peut prendre une dimension importante.

Revenir aux fondamentaux éducatif ce n’est pas revenir aux façons de faire d’antan. C’est reprendre à son compte d’adulte la « Responsabilité » d’éducation. L’impression qui prévaut actuellement est que l’on est en train de dissoudre la responsabilité éducative et les actions qui en dérivent dans la mise en place de cadres protecteurs que l’on érige autour de soi (ou que l’on demande à nos états). Sans pour autant faire l’éloge de l’individualisme dont on connaît les dangers, ni tomber dans la tentation de l’étatisme dont on a longtemps observer les obscurs desseins, il est nécessaire que les adultes, face à des évènements comme la diffusion des TIC dans la société, s’interrogent sur ce que signifie éduquer dans un tel contexte.

Si l’on n’y prend garde, les machines finiront par éduquer toutes seules nos enfants, les juges seront alors devenus des robots distributeurs de punition et les enseignants des machines à contrôler le savoir… Quant à l’éducation, elle ne sera plus qu’un vieux souvenir du temps ou on avait encore quelques libertés….

A débattre, au moment où l’on est tenté d’interdire avant d’insister pour éduquer …

BD

Print Friendly

(2 commentaires)

3 pings

  1. Stéphane FONTAINE

    Bonjour,
    Je suis tout à fait d’accord. Et la schizophrénie fait plus que nous guetter ; elle nous accompagne au quotidien… C’est dramatique, voire tragique de constater un tel abandon pédagogique et éducatif !!

  2. Guy PASTRE

    Non Bruno, ce billet n’est pas à débattre mais pour débattre, car la justesse des mots et des idées en font , en ce qui me concerne, un texte de référence à destination des éducateurs et plus globalement du monde des adultes.
    Cette reformulation percutante des enjeux éducatifs va aider tous ceux qui « rament » aujourd’hui, notamment dans l’éducation populaire et les dispositifs socio-éducatifs, à pousser les institutions et les acteurs à ré-interroger le sens de leurs projets et pratiques éducatives.
    Merci de ce billet d’humeur, constructif comme toujours !

  1. Quand l’éducation ne sera plus qu’un vieux souvenir du temps où l'on avait encore quelques libertés…. > Guy Pastre

    […] A débattre, au moment où l’on est tenté d’interdire avant d’insister pour éduquer … Le billet original : http://www.brunodevauchelle.com/blog/?p=476 […]

  2. De la confusion pédagogique à la confusion technologique | Mario tout de go

    […] Devauchelle a bien décrit les enjeux dans son billet d’aujourd’hui… «Car il se pourrait bien que ce soit simplement notre capacité à éduquer qui soit en […]

  3. Ma c.s. bloque l’accès aux sites Internet du Web participatif: cinq façons de les convaincre de se montrer plus responsable! | Mario tout de go

    […] de s’assurer de remplir notre mission éducative. Bruno Devauchelle pose la bonne question: «Quand va-t-on enfin éduquer nos enfants?» Je l’écrivais déjà en 2007: «C’est plus dangereux de ne pas éduquer devant la […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :