E-Mail 'Contrôle, fracture, des mots d'actualité' To A Friend

Email a copy of 'Contrôle, fracture, des mots d'actualité' to a friend

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...

2 Commentaires

    • Odile Chenevez sur 19 novembre 2005 à 16 h 05 min

    Bonjour Bruno !
    Ce que tu dis me fait penser à cette réflexion d’enseignants algériens avec qui je travaillais sur l’éducation au média Internet. A propos des risques liés aux usages d’internet, l’un d’eux me disait : "le plus gros risque pour nos jeunes c’est de ne pas avoir accès au réseau mondial". Pourtant j’avais vu la veille des jeunes profs voilées collées au plafond et poussant des hurlements devant une image un peu érotique qui était apparue inopinément à l’écran. Mais ces petits incidents ne les inquiétaient au fond pas plus que ça.
    Le vrai risque, c’est la censure, c’est que, comme tu le dis, d’autres décident pour eux ce qui est bon pour eux.
    Ce qui m’est apparu alors, c’est que nos petits soucis sécuritaires, nos petits filtres, nos contrôles parentaux, sont des préoccupations de riches qui savent bien qu’ils ont quelque part l’accès à tout l’internet.
    Odile

    • Odile Chenevez sur 19 novembre 2005 à 16 h 07 min

    Bonjour Bruno !
    Ce que tu dis me fait penser à cette réflexion d’enseignants algériens avec qui je travaillais sur l’éducation au média Internet. A propos des risques liés aux usages d’internet, l’un d’eux me disait : "le plus gros risque pour nos jeunes c’est de ne pas avoir accès au réseau mondial". Pourtant j’avais vu la veille des jeunes profs voilées collées au plafond et poussant des hurlements devant une image un peu érotique qui était apparue inopinément à l’écran. Mais ces petits incidents ne les inquiétaient au fond pas plus que ça.
    Le vrai risque, c’est la censure, c’est que, comme tu le dis, d’autres décident pour eux ce qui est bon pour eux.
    Ce qui m’est apparu alors, c’est que nos petits soucis sécuritaires, nos petits filtres, nos contrôles parentaux, sont des préoccupations de riches qui savent bien qu’ils ont quelque part l’accès à tout l’internet.
    Odile

Les commentaires sont désactivés.

%d blogueurs aiment cette page :