E-Mail 'Crayons optiques, écrans tactiles, TBI, même débat ?' To A Friend

Email a copy of 'Crayons optiques, écrans tactiles, TBI, même débat ?' to a friend

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...

2 Commentaires

  1. Bonjour,

    Il n’y a pas que la lessive à toujours laver plus blanc !

    Ne faudrait-il pas distinguer l’interface d’information de celui d’expression ? Le billet semble principalement traiter de l’interface d’information.

    Pour l’expression il eut été nécessaire d’évoquer la commande vocale et la dictée à l’ordinateur. Les progrès sont continus, mais lents…

    Combien de temps faudra-t-il encore utiliser le clavier pour s’exprimer ? Si cela dépassait quelques mois, ne faudrait-il pas inciter les élèves à apprendre à l’utiliser, c’est-à-dire à écrire sans abimer leurs cervicales et leurs yeux, confortablement, à bonne vitesse ? Il est si rare de rencontrer des jeunes, même informaticiens ou étudiants, qui écrivent confortablement avec un ordinateur. Ils regardent leurs doigts et non ce qui se passe à l’écran et ne cessent de bouger les yeux et la tête : conséquence d’une grande fatigue, d’une mauvaise qualité et d’une lenteur épouvantable…

    Sans donner les bons réflexes pour s’exprimer, ne sommes-nous pas en train de former des citoyens consommateurs d’informations, handicapés dans leur expression ? Ne les préparons-nous pas à être passifs ou révoltés en remplaçant grognements et rugissements par le langage SMS ?

    Est-il encore temps de modifier l’implantation des caractères sur les claviers ?

    JYR

    • admin sur 15 juin 2009 à 12 h 47 min
      Auteur

    En terme d’interface, on ne peut pas distinguer ainsi information et expression. Il s’agit dans tous les cas d’interface de pilotage de systèmes automatisés. Effectivement les progrès sont lents dans ce domaine parce que le langage humain est « complexe », et il ne se résume pas aux paroles.
    Simplement le focus sur l’interface tactile vient du fait qu’à plusieurs années d’écart, les questions se reposent de la même manière.
    Si l’on ajoute la problématique des interfaces orales, voire mentales, on retombe en fait sur le même problème.
    Pour ce qui est des claviers traditionnels, rappelons nous leur origine (ralentir les vitesses de frappe) et remarquons les échecs des tentatives pour les modifier. Quant à écrire sans regarder son clavier, n’oublions pas que c’est d’abord une question mécanique d’automatisme à mettre en place… mais qui se rappelle que le F et le J comportent toujours un petit ergot en relief qui permet sans regarder le clavier de savoir où l’on devrait poser son index….

    Les progrès à venir dans les interfaces tactiles sont à observer dans le domaine des téléphones portables que désormais j’appelle terminaux mobiles dotés de fonctions téléphoniques…

Les commentaires sont désactivés.

%d blogueurs aiment cette page :