Éduquer à la citoyenneté numérique : entre intentions et réalités dans le système scolaire français

Alors que l’informatique a envahi la société depuis 50 ans et qu’Internet a fait de même depuis 25 ans, plusieurs rapports et travaux parus entre 2015  et 2020 posent la question de la citoyenneté numérique en France, en Europe et plus largement dans le monde (UNESCO).

Education à la citoyenneté, un éternel recommencement

Pour cela le ministère a donc mis en place des dispositifs multiples et en particulier des temps spécifiques au cours desquels la citoyenneté peut être travaillée en classe.

Ainsi, créée en 1999, l’ECJS (B.O. n° 5 (hors série) du 5 août 99,) est un dispositif mis en place dans les lycées « il s’agit d’organiser le croisement et le dialogue de ces savoirs autour du concept intégrateur de citoyenneté ». Ce dispositif repose sur un argumentaire fort : « l’idée que l’on ne naît pas citoyen mais qu’on le devient , qu’il ne s’agit pas d’un « état » mais d’une conquête permanente[…] La citoyenneté est alors la capacité construite à intervenir ou même simplement oser intervenir dans la cité »

En 2015 l’ECJS est remplacé par l’Enseignement Moral et Civique (EMC) : « Il se substitue aux programmes d’éducation civique existant pour chacun des niveaux de l’école élémentaire, du collège et du lycée, […] Il prépare à l’exercice de la citoyenneté et sensibilise à la responsabilité individuelle et collective. ». De plus cette réforme introduit l’idée d’un « parcours citoyen ». Le parcours citoyen est défini, d’après le ministère de l’Éducation, comme « la construction, par l’élève, d’un jugement moral et civique, à l’acquisition d’un esprit critique et d’une culture de l’engagement ». Initié en 2013, cet enseignement devient essentiel à partir de 2015, du fait d’attentats qui interrogent le rapport que chaque être humain entretient avec le milieu dans lequel il vit.

L’émergence de la place du numérique en regard de la citoyenneté

C’est à partir de l’année 2015 au cours de laquelle des attentats touchent la France que se repose la question de la citoyenneté. Dans le même temps une prise de conscience s’opère à propos de la place du numérique, au-delà des médias comme élément intervenant dans la construction de la citoyenneté. Dans son rapport scientifique de 2016 intitulé « Éducation à la citoyenneté à l’école, politiques, pratiques scolaires et effets sur les élèves » (CNESCO 2016), dès le premier chapitre, est signalé l’écart entre les intentions politiques et les réalités de terrain. La place du numérique n’est alors pas posée autrement qu’en terme d’informations accessibles pour cette éducation.

En 2016, le conseil de l’Europe pose clairement le lien entre éducation à la citoyenneté et numérique en engageant un projet dont « L’objectif du projet d’éducation à la citoyenneté numérique (ECN) est l’autonomisation des enfants par l’éducation ou l’acquisition de compétences pour l’apprentissage et la participation active dans la société numérique. ». Commence alors un travail autour d’un groupe d’expert qui va recenser d’abord l’existant pour ensuite poser les fondement de cet ECN. A l’instar de l’UNESCO, les grandes instances nationales et internationales vont tenter d’imposer un engagement des pays sur cette question du « monde connecté » de ce qu’il fait à la citoyenneté.

En 2018, au Québec, comme en France, s’exprime de manière de plus en plus explicite la notion de « citoyenneté numérique ». Dans le rapport « Développer la citoyenneté à l’ère du numérique », l’auteur tente de prendre de la distance en détachant les deux parties pour faire de la citoyenneté le cœur du problème et le numérique l’élément de contexte à prendre en compte. Dans le rapport du Conseil d’Etat en France publié aussi en 2018, apparaît le plus clairement la place du numérique dans la réflexion sur la citoyenneté (79 occurrence du terme numérique au singulier et au pluriel).

A la suite de ces différents documents, la représentation nationale (Sénat et Assemblée nationale) s’empare aussi du sujet en l’incluant dans différents rapports sur la place du numérique en éducation. Rappelant la place essentielle de l’école dans la formation à la citoyenneté ces rapports cherchent à faire engager des actions portées par les politiques. Malgré la situation sanitaire, le travail va se poursuivre d’autant plus que la question des fausses nouvelles (fake news) s’est installée dans l’espace public, en particulier à propos des savoirs scientifiques.

Les  « éducations à », une forme spécifique d’intervention en milieu scolaire, vers l’EMI

La définition initiale de tout enseignement repose d’abord sur une liste de notions appelées programmes que les enseignants ont en charge de transmettre aux élèves. Ces programmes sont issus du découpage disciplinaire organisé au niveau nation. Toutefois, certains objets d’éducation ne sont pas de même nature et semblent ne pas pouvoir être traduits en enseignement. Toutefois, avec l’ECJS puis l’EMC, la France a traduit dans son organisation scolaire des temps consacrés à certaines dimensions de la citoyenneté. A côté des « heures d’enseignement » ont été proposées des « éducations à ». Il s’agit alors de thématiques fortes (santé, environnement, numérique etc..) qui sont à aborder de manière transversale.

Ainsi en est-il de l’Éducation aux Médias et à l’Information (EMI). Instaurée officiellement en 2013, elle est en réalité la résultante d’une histoire plus ancienne. Dans l’ouvrage que Laurent Petit y a consacré, celui-ci met en évidence des caractéristiques incertaines aussi bien sur le fond que sur la forme et tout au long du processus de construction de cette « Éducation ». La définition des contenus de l’EMI reste constamment en débat au fil de l’actualité. La prise en charge de cette éducation oscille entre le partage entre tous les enseignants et la prise en charge par une catégorie de personnel, les enseignants documentalistes. Sans contour statutaire strict (un champ disciplinaire, des heures dans l’emploi du temps, un corps enseignant), les « éducations à » ne parviennent à s’imposer que très marginalement

La concurrence est vive désormais entre différents dispositifs : enseignement d’informatique pour les élèves, Éducation Morale et Civique, Éducation aux Médias et à l’Information. La question de la citoyenneté et du numérique est revendiquée dans chacun de ces dispositifs, auxquels il convient d’ajouter le développement des compétences numériques des élèves au travers du Cadre de Référence des Compétences Numériques (CRCN) qui remplace le Brevet Informatique et Internet (B2i) créé en 2000 et qui comportait déjà des éléments liés à cette citoyenneté.

Malgré toutes ces initiatives, il semble bien que la citoyenneté soit une notion de plus en plus à la dérive dans la société et chez les jeunes. La participation de plus en plus faible aux élections, qu’elles soient nationales ou locales, semble indiquer une désaffection pour un pan important de ce qui constitue l’un des fondements de la citoyenneté. Le développement des usages du numérique a ouvert de nouvelles fenêtres sur la société que le monde scolaire ne parvient pas à accompagner de manière structurée et efficace. L’illectronisme semble encore important, même chez les jeunes comme le signalent plusieurs chercheurs.

L’écart entre les discours, les intentions et les réalités de mise en œuvre n’est pas uniquement lié à la structure du système scolaire français, mais aussi à une très grande difficulté de la société française à repenser une notion qu’elle a largement contribué à forger (déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789). Le Sénat français en fait la démonstration dans un rapport publié en septembre 2020 qui identifie les dangers de l’illectronisme pour la société et pour le citoyen. Il confirme ainsi l’échec des politiques menées pour faire en sorte que le numérique fasse réellement partie d’une éducation à la citoyenneté.

 

 

 

Références :

Nous ajoutons bien sûr cet article de Sylvain Genevois – 2013 :  Culture numérique et citoyenneté mondiale : quels enjeux pour l’École ? consultable : https://journals.openedition.org/trema/3036?s=09

  • Arrêté du 9 août 2000, Relatif au programme de l’enseignement obligatoire d’éducation civique juridique et sociale en classe de première des séries ES – L – et S. BO hors série n° 7 du 31 août 2000 – Volume 5.
  • Dominique Schnapper, HISTOIRE, CITOYENNETÉ ET DÉMOCRATIE, Presses de Sciences Po | « Vingtième Siècle. Revue d’histoire », 2001/3 no 71 | pages 97 à 103
  • Programme d’Éducation civique, juridique et sociale, classes de seconde, première et terminale, réédition juin 2005
  • 2015 mise en place de l’Education Morale et Civique (EMC) et du parcours citoyen : (https://eduscol.education.fr/1558/le-parcours-citoyen-de-l-eleve
  • Éducation à la citoyenneté à l’école politiques, pratiques scolaires et effets sur les élèves, CNESCO Rapport Scientifique, avril 2016
  • Conseil de l’Europe , projet : ÉDUCATION À LA CITOYENNETÉ NUMÉRIQUE (ECN), 2016, https://www.coe.int/fr/web/digital-citizenship-education/digital-citizenship-education-project consulté le 30 07 2021
  • La citoyenneté, Être (un) citoyen aujourd’hui, Les rapports du Conseil d’État, 2018
  • TDC Citoyennetés, Construction et Éducation, CANOPE Éditions, avril 2018
  • Benoit Petit, Développer la citoyenneté à l’ère du numérique, Portrait de la situation au Québec et recommandations, RECIT, Québec, 2018
  • LA CITOYENNETÉ NUMÉRIQUE… ET VOTRE ENFANT, Ce que tout parent a besoin de savoir et de faire, Conseil de l’Europe, 2019
  • Commission européenne/EACEA/Eurydice, 2019. L’éducation numérique à l’école en Europe. Rapport Eurydice. Luxembourg: Office des publications de l’Union européenne.
  • Marie-Pierre Gariel ; CESE, 2019, Les défis de l’éducation aux médias et à l’information, Avis du Conseil économique, social et environnemental
  • Conseil de l’Europe, L’éducation à la citoyenneté à l’ère du numérique, Réunion des ministres de l’Éducation – 26 novembre 2019 – Paris,
  • Rapport du Conseil National du Numérique, Identités numériques, Clés de voûte de la citoyenneté numérique, juin 2020
  • Rapport de la mission d’information sur la lutte contre l’illectronisme et pour l’inclusion numérique, Sénat, « La lutte contre l’illectronisme et pour l’inclusion numérique », Paris, septembre 2020
  • Site académie de Grenoble sur l’ECJS : http://www.ac-grenoble.fr/ecjs/ consulté le 30 07 2021
  • Rapport du groupe d’experts ÉMI « Renforcer l’ÉMI et la citoyenneté numérique » – Juin 2021
  • https://www.citnum.ca/ La citoyenneté à l’ère du numérique, Récit, Site consulté le 30 07 2021

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :