Créativité, construction collective de connaissances, adaptabilité : vers une société autodidacte ?

Libération propose en téléchargement le rapport que François Taddei vient de réaliser pour l’OCDE. Téléchargeable à l’adresse : http://q.liberation.fr/pdf/20090414/10901_telechargez-le-rapport.pdf ce rapport en anglais (pour l’instant) peut être enrichi de quelques vidéos disponibles sur dailymotion en français celles-ci.

Si l’on peut déplorer que de tels propos ignorent (ou fassent table rase de) plusieurs centaines d’années de travaux sur l’éducation et l’apprentissage, les pionniers des courants pédagogiques me comprendront, on peut cependant saluer l’intérêt des propos tenus par cet encore « jeune chercheur ». Même si l’on peut encore une fois déplorer un certain style qui fait recours aux évidences (doublement des savoirs tous les deux ans) ou aux aphorismes aux origines incertaines : « As the ancient Chinese already knew, « only thing that doesn’t change is change itself » », on restera attentif au coeur de cette réflexion qui rejoint un chemin engagé depuis longtemps par d’autres (cf Philippe Carré, etc…). Libération met en avant le terme autodidacte comme étant au coeur de ce propos, or une lecture de l’introduction du texte et des dix propositions met en avant d’autres termes bien intéressants : « créativité », construction collective de connaissance », adaptabilité. De fait on voit bien que l’auteur milite pour une éducation à l’autodidaxie (formule dont on connait la valeur d’oxymore) mais ce terme n’est pas aussi présent que semble le proposer l’article de Libération.

Revenons donc aux propositions de Taddei, non pas pour les présenter (on peut les lire et vous en trouverez ma proposition de traduction en bas de ce billet) mais pour en discuter les mots clés.

Récemment j’écrivais un billet qui critiquait, à propos des TIC, le recours aux notions d’innovation, de bonne pratique ou d’expérimentation que je considére comme inefficaces pour faire évoluer l’ensemble du système. A la place je préfère promouvoir l’idée d’expérience pris au double sens du terme : tatonnement, mais aussi « cumul » de pratiques. Avec le propos de François Taddei, je retiendrai particulièrement le focus sur la « créativité ». L’usage « immodéré » de ce mot dans les propositions qu’il fait à l’OCDE m’a alerté car faisant écho à ma pratique d’accompagnement des équipes : j’observe trop souvent une « frilosité » qui freine la créativité, l’inventivité. Si nous faisons appel à Norbert Alter (l’innovation ordinaire), nous retrouvons ce mot invention comme à situer en amont de l’innovation. Ainsi donc il serait primordial de s’attacher à promouvoir création et invention au sein de l’éducation. Quand on note que, comme le disait Genviève Jacquinot, les nouvelles technologies convoquent d’abord les pratiques archaïques, on imagine combien la proposition de François Taddei est essentielle (encore faudra-t-il aller voir plus loin ce que cela signifie dans le quotidien de l’organisation. Effectivement donc, il me semble que nous manquons beaucoup de créativité, d’inventivité.

A ce premier terme s’ajoute celui d’adaptabilité. Autre mot central du propos (lien avec Darwin mis en avant dans l’article de Libération), le développement de l’adaptabilité comme compétence spécifique pour l’avenir peut sembler naïf à certains et probablement pas nouveau. Et pourtant, il suffit de regarder qu’en temps de crise l’adaptabilité est grande, mais une fois passée la résistance au changement et le retour des archaïsme. Comment regarder autrement l’attitude d’une grande partie de la population français lors du dernier grand conflit qu’elle a eu à vivre sur son sol ? Et pourtant on sent bien, devant des élèves et des parents combien cette adaptabilité n’est pas la compétence première promue par l’école et pourtant les spécialistes du métier d’élève ont bien montré l’efficacité de cette compétence pour une trajectoire réussie. Avec les TIC la démonstration de l’adaptabilité n’est plus à faire….

Le troisième terme est celui de « construction collective ou collaborative de connaissances ». Décriée comme un mythe, cette notion est pourtant au coeur du processus en cours depuis de nombreuses années dans de nombreux contextes professionnels (projet de production, recherche etc…). Au lycée l’idée des TPE et dans une moindre mesure au collège celle des IDD étaient des initiatives qui allaient dans ce sens. Avec les TIC il s’avère que cette pratique est facilitée, d’autant plus que la disponibilité des connaissances antérieures facilite la création de nouvelle (plutôt qu’à la copie) mais encore faut que le système éducatif l’intègre dans sa totalité. Il est vrai que la structure des métiers de l’enseignement n’est pas porteuse de ces pratiques. C’est probablement ce décalage que veut mettre en avant François Taddei. Fort heureusement des exemples, certes modestes mais réels (les communautés délocalisées d’enseignants par exemple cf A. Daele et B. Charlier Eds., Comprendre les communautés virtuelles d’enseignants : Pratiques et recherches (pp. 59-68). Paris : Maison L’Harmattan.) sont encore aujourd’hui observables (les sites de mutualisation des enseignants de différentes disciplines ou non).

Reste donc l’autodidacte. Là encore le mythe est lourd à porter, et n’est pas nouveau. Cependant l’hypothèse est riche d’intérêt. Non pas parce qu’elle débouche sur des révolutions pédagogiques, mais parce qu’elle s’inscrit dans la dynamique de créativité et d’adaptabilité posée plus haut et dans un contexte collectif et collaboratif. Les pionniers des listes de diffusion et autres sites coopératifs, rejoints aujourd’hui par les logiques offertes par des outils nouveau (les réseaux sociaux), et leurs nouveaux acteurs, ont montré le chemin possible. Mais il reste ce blocage que l’on observe actuellement à propos par exemple de facebook, dont on doit reconnaître les nombreuses imperfections (cf messages antérieurs) et qui, dans le monde enseignant, entre autres, fait florès.

Le passage à l’autodidaxie suppose une ouverture nouvelle aux autres. Cette ouverture est risquée, voire dangeureuse, C’est aussi une évolution culturelle fondamentale qui est très loin d’être partagée. Comme nous l’avons cité précédemment sur notre blog : « La société de la connaissance ne le sera que pour ceux qui sauront apprendre ! » (S. Enlart, M.Bénailly…)alors, que fait l’école !!!

Il y a donc du travail, surtout dans le contexte de frilosité actuel du monde de l’éducation, bousculé qu’il est de tous cotés.

A suivre et à débattre

BD
***********************************************************
Ce texte de François TAddei veut promouvoir la créativité, la mise à jour et l’adaptabilité en éducation
http://q.liberation.fr/pdf/20090414/10901_telechargez-le-rapport.pdf

pages 3 et 4 traduites par mes soins (donc à vérifier)
10 recommandations clés pour promouvoir la créativité en éducation

1) General recommendations
– Recommandation générale
« Vous ne pouvez pas le faire — cela n’a jamais été fait. » Cette phrase va étouffer tout effort de créativité dès l’origine. Elle est trop souvent adressé aux étudiants, enseignants ou leaders qui  souhaitent favoriser le changement. Dans une société à venir, un tel symbole du conservatisme ne devrait plus être un argument pour décider de la valeur d’un projet.

2) Recommendations for students
– Recommandation pour les étudiants
Comme les étudiants le disent à maintes reprises  lorsqu’ils évoquent leur propre avenir,  « les principaux obstacles ont été dans ma tête – l’auto-censure était mon pire ennemi. »
Lorsque les étudiants osent faire preuve de créativité et prendre l’initiative, ils devraient travailler dur et parfois lutter contre le conservatisme, et poursuivant leurs idées, trouver ce que Ken Robinson appellent « leur principe. »

3) Recommendations for parents
– Recommandations pour les parents
Construire un environnement propice dans laquelle vos enfants peuvent construire leur créativité et croire en leur potentiel. Les aider à trouver les écoles et les universités dans lesquels il peuvent s’épanouir et se préparer pour un futur dans lequel beaucoup de choses changeront

4) Recommendations for teachers
– Recommandations pour enseignants
Etre disponible pour les enseignants quand ils ont besoin de retour sur leurs idées. Créer des cours dans lesquels ils peuvent développer leur propre projet. Etre en réseau avec les collègues qui ont une même conception de la pédagogie, sans se limiter à leur propre discipline

5) Recommendations for schools and deans
– Recommandation pour les écoles et leurs dirigeants
Encouragez la créativité de vos enseignants et de vos étudiants et leurs donner le temps, l’aide administrative, et l’espace pour développer des programmes créatifs dans lesquels les étudiants peuvent travailler sur des projets individuels et collectifs. Si ces programmes ne peuvent être ouvert à tous dès le début, sélectionner pour commencer les étudiant motivés pour prendre des initiatives et interagiir avec des enseignants et étudiants créatifs

6) Recommendations for universities
– Recommandations pour les universités
Encourager les approches interdisciplinaires et la création de programmes académique qui peuvent permettre aux étudisnts de lancer des projets et développer leur créativité.  Créer des espaces créatifs dédiés au développement des projets d’étudiants ouverts 24h sur 24 et 365 jours par ans. Ces espaces doivent être organisés comme des incubateurs d’idées et de talents créatifs

7) Recommendations for foundations
– Recommandations pour les institutions
Les institutions sont le plus souples en matière de financement et le plus souvent  créatifs et réactifs. En tant que tel, elles peuvent être les plus rapides pour financer des programmes créatifs émergents et les supporter dans les premières étapes, selon le même procédé que les sociétés de capital-risque qui  financent les start-ups.  Elles peuvent mêms ensuite aller à une étape ultérieur et aider à la création d’incubateurs qui puissent accueillir de tels projets.

8) Recommendations for governments
– Recommandation aux gouvernements
Assurez-vous que votre pays est parmi les plus attractifs pour les talents créatifs. Encouragez une culture de la créativité par l’organisation de débats nationaux sur ce sujet.  Soutenez les publications et la traduction de livre et de programmes dédiés à la créativité. Créer un programme national pour encourager la créativité en éducation. Organisez des réseaux nationaux de programmes d’études créatives interdisciplinaires et assurez leur le soutien à long terme

9) Recommendations for OECD
– Recommandation pour l’OCDE
Comparer les cultures nationales en matière de créativité et les programes de soutien à la créativité, encrouageant leur relation avec les autres indicateurs disponibles dans différents pays. Promouvoir un débat international sur le meilleur chemin pour l’encouragement de la créativité

 

10) Recommendations for creative communities of knowledge builders
– Recommandation pour créer des communautés de savoirs
Développer des sites web, des outils libres (open source) et  des lieux dédiés pour promouvoir le stockage, l’échange et la création d’idées parmi les créateurs de connaissances créatifs et coopératifs en facilitant en même temps les échanges en ligne et dans le monde réel, et idéallement dans des lieux dédiés à ces échanges. Afin de maximiser leur impact ce genre de sites web doivent être disponibles pour tous les esprits créatifs  et donne une part au ressources ouvertes en éducation
NB l leur pilotage doit être similaire à celui de wikipédia, mais elles doivent être centrées sur l’intelligence créative construite au travers d’interactions coopératives.

Print Friendly, PDF & Email

(4 commentaires)

6 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Rapport intéressant, mais inquiétant aussi. Je prépare un billet à ce sujet.
    ce message juste pour signaler que le point 7 est à mon avis mal traduit : il ne s’agit pas d’institutions (mot traduit pour « foundation ») mais plutôt d’organismes privés (des fondations) qui justement, d’après l’auteur, sont plus efficaces… (je ne suis pas certain de partager ce point de vue complètement)

    1. Merci de ces précisions
      Attendons la suite de ce rapport, son écho réel et les débats qu’il pourrait susciter

      BD

  2. Le plus intéressant de ce rapport est bien de mettre la créativité et la construction des savoirs au cœur des apprentissages, ce qui hélas est loin d’être ce qui est pratiqué dans le système éducatif français du primaire à l’université… Attention à quelques coquilles dans la traduction N°5(Etre disponible pour les étudiants (et non « enseignants »)

  3. Bonjour,

    Nos centre d’intérêt sont proches. Je voudrais vous proposer un échange de liens entre nos blogs.
    Mon blog est visible à cette adresse : http://blog.fredericvermeulin.fr (et la rubrique « L’auteur » pour plus d’infos sur moi).

    Frédéric Vermeulin

  1. […] Veille et Analyse TICE » Blog Archive » Créativité, construction collective de connaissances, ad… […]

  2. […] avec plusieurs des constations qui se retrouvent dans les réseaux avec lesquels je travaille. Bruno Devauchelle écrivait que «la société de la connaissance ne le sera que pour ceux qui sauront apprendre». Rémi […]

  3. […] 23. Scientifique, auteur d’un rapport sur l’éducation en France. « Training creative and collaborative knowledge-builders » – On pourra lire une traduction de ses recommandations sur le blog de Bruno Devauchelle : [http://www.brunodevauchelle.com/blo…] […]

  4. […] Créativité, construction collective de connaissances, adaptabilité : vers une société autodidac…. Libération propose en téléchargement le rapport que François Taddei vient de réaliser pour l’OCDE. […]

  5. […] of courses, and many student clubs. Mission Fourgous pour les Tice. Methode | Nacre Solutions. Créativité, construction collective de connaissances, adaptabilité : vers une société autodidac…. Libération propose en téléchargement le rapport que François Taddei vient de réaliser pour […]

  6. […] CréativitéLibération propose en téléchargement le rapport que François Taddei vient de réaliser pour l’OCDE. Téléchargeable à l’adresse : ce rapport en anglais (pour l’instant) peut être en…  […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :