La révolution de l’EPS, poisson d’avril ou prospective ?

Révolution dans l’enseignement de l’EPS. M Blanquer à la Gamer Assembly de Poitiers ce week-end

Une rumeur parle de la visite secrète du Ministre de l’Education et du secrétaire d’état chargé du numérique à la Gamer Assembly qui a eu lieu ce week end à Poitiers. Le ministre de l’Education avait déjà fait une visite à Poitiers pour déclarer la ville « capitale de l’Education Nationale » le 12 décembre dernier. Malheureusement la rue de Grenelle n’a pas été transférée sur la plateau de Chasseneuil du Poitou. Cependant la rumeur d’une nouvelle visite s’accompagne d’une annonce majeure dont nous vous donnons la primeure ci-dessous :

Au vu des coûts des installations et des difficultés rencontrées par de nombreux établissements à accéder à des équipements sportifs adaptés aux besoins d’éducation et au programme, le ministère de l’Education prend des décisions. Après avoir travaillé avec la ministre des sports et le secrétaire d’état chargé du numérique, le ministre de l’éducation envisage une réforme d’ampleur de l’EPS. Entre besoin de faire des économies, nécessité de s’adapter au monde numérique, évolution de la culture des élèves et donc multiplication des difficultés de toutes sortes pour enseigner l’EPS, le ministère de l’éducation a décidé de remplacer l’EPS par « l’e-Sport ». Cette évolution qui se veut progressive s’appuie sur de nombreuses observations et analyses qui confortent les pouvoirs publics dans ce domaine.
Finies les courses d’orientation, finie la natation dans la piscine à l’autre bout de la ville, finis les sports collectifs dans des salles coûteuses (en hiver il faut les chauffer pour que les élèves puissent y aller en dehors des heures réservées aux sportifs, il faut les entretenir etc.…). L’apparition du numérique amène de grandes transformations. Ainsi des enseignants d’EPS n’hésitent plus à utiliser les tablettes, les smartphones des élèves ou les leurs, les objets connectés dans leurs cours ainsi qu’on a pu le constater lors de la réunion des professeurs d’EPS à Paris en janvier dernier, le « bistrot pédagogique » de l’AEEPS de Créteil-Ile de France. Après un propos liminaire de l’inspectrice Générale sur le choc du numérique pour l’éducation, trois enseignants (aussi formateurs et chercheurs) ont bien montré cette évolution, tout au moins pour l’usage des objets connectés et du potentiel vidéo permis par les smartphones et tablettes avec des applications adaptées. Le Café Pédagogique qui y était présent a pu observer et analyser ces évolutions.
Ce n’était pas présent ce soir-là, mais des indiscrétions venues de plusieurs sources dans plusieurs ministères nous ont permis de vous révéler cette révolution : désormais l’EPS sera remplacée par du eSport : autrement dit on fera l’EPS dans des salles de cours en utilisant les moyens informatiques disponibles et en particulier les plus mobiles et connectés. En fait l’idée est un peu la même que pour l’enseignement technique : aller de plus en plus vers la simulation. Quand on constate que le plaisir de joueurs professionnels de sports d’équipe est de rejouer aux mêmes jeux sur écran dès lors qu’ils ont un temps libre et d’attente confirme la proximité entre performance réelle et performance virtuelle.
Ce qui est plus intéressant encore dans ce projet ce sont les possibilités offertes : pas d’accidents corporels, pas de contacts physiques entre enseignants et élèves, plus de vestiaires sordides, criards et parfois pires, bref, un enseignement sécurisé… On peut rêver à un univers aseptisé. Et les jeunes dont on nous dit qu’ils sont tout le temps sur leurs jeux vidéo, voilà une belle opportunité pour faire de ces activités décriées des activités scolaires. Imaginons ce groupe d’élèves en train de passer leur bac numérique sur une simulation de jeu collectif. L’enseignant enregistrerait automatiquement les traces de leurs activités (les manettes de jeux sont reliées à un système de logs automatique), et pourrait, à l’aide d’un logiciel d’analyse statistique et de quelques algorithmes d’IA donner les résultats quasi instantanément.
Les chefs d’établissements interrogés voient cela d’un bon œil : finis les casse-têtes d’organisation, fini les profs en jogging dans l’établissement alors qu’on veut l’interdire aux élèves, bref que des avantages. Quelques enseignants d’EPS auxquels nous avons soumis l’avant-projet nous ont fait part de leur inquiétude mais aussi de leur satisfaction. Inquiétude pour leur avenir et leurs compétences bien sûr. Satisfaction d’avoir enfin un vrai statut de prof, avec des salles de classes et une vraie reconnaissance des collègues dits souvent « plus intellectuels » (comme si les enseignants d’EPS étaient de simples machines à muscles). Mais c’est surtout envers les jeunes qu’ils se sont interrogés : « on va faire des obèses », « il va falloir faire des cours anti-popcorn, burger et autres pizza ». Même si la proximité entre les contenus d’enseignements et les pratiques sociales des jeunes peut sembler attirante, il reste beaucoup de questions à examiner.
Les syndicats, associations et autres hauts fonctionnaires vont se réunir dans les prochains mois pour définir les contours de cette réforme. Bien sûr une plateforme numérique leur sera mise à disposition pour échanger et travailler à distance, afin que ceux qui font les lois les vivent en quelque sorte avant de les promulguer…

Pour citer cet article : Bruno Devauchelle, "La révolution de l’EPS, poisson d’avril ou prospective ?," in Veille et Analyse TICE, 3 avril 2018, http://www.brunodevauchelle.com/blog/?p=2674, visité le 17 décembre 2018.
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :