Les TIC pour passer de STT à STG

De Robert Delaveau cette information suivie de quelques commentaires
********************************
Educnet propose en téléchargement le Le référentiel des solutions TICE pour STG annoncé par le Café pédagogique il y a quelques jours. Adresse : http://www.educnet.education.fr/ecogest/referentielTice/ C’est un pavé de 51 pages qui fait le tour de la question :
Les orientations TICE dans les programmes,
Les usages des TIC dans les enseignements
Les solutions TIC
Les « espaces fonctionnels » pour les activités TIC
Un descriptif des types de logiciels.
Le document propose une typologie d’usages (p 11-13) exprimés sous forme de verbes (s’informer, communiquer, produire,…) les exemples proposés me semble être du domaine de l’expertise.
De même, des scénarios d’usage des TIC sont proposés (p 14-23). Ils me semblent à 100 lieux des réalités des établissements scolaires et des pratiques habituelles des profs. Tous les scénario utilisent par exemple une plateforme collaborative. On insiste beaucoup sur les ENT.
Je me demande comment ce document sera perçu par le « prof de base ».
Il devrait également être lu par l’administrateur réseau ou le responsable info de l’établissement, vu les compétences que l’on demande aux utilisateurs, il risque de sauter au plafond !
Bonne lecture.
Robert
********************************
La lecture de ce document est importante à plusieurs titres : il s’adresse à des enseignants d’une filière en restructuration, il apporte une vision très « professionnelle » d’un niveau d’usage des TIC, il pose la question des ENT, il pose des problèmes pédagogiques réels et détaillés.
Quand Robert évoque la distance avec les pratiques habituelles, il met le doigt sur un changement important qui est en train de se produire dans l’enseignement tertiaire. L’inspecteur général Alain Séré (maître d’oeuvre) est connu pour sa maîtrise des questions des TIC et est reconnu par nombre de spécialiste comme quelqu’un qui voit parfois loin devant.
Cet écart est donc logique, mais il signale plusieurs volontés :

  • – la première est d’abord d’adapter la formation des élèves à des réalités d’usage qui sont de plus en plus complexes;
  • – la deuxième est de restaurer une image très positive de cette option gestion (ex tertiaire), autrement dit de tenter de la revaloriser;
  • – la troisième est d’intégrer de façon « préventive » des réalités d’usage que l’on perçoit mal dans l’établissement scolaire.

Il est certain que nombre d’enseignants vont être fort démunis face à ces propositions. On peut dire de même à propos des contenus d’information communication en général qui nécessitent une formation et une expérience solide. Certes il sera toujours possible de faire de la théorie/pratique, mais les compétences demandées exigent des enseignants des compétences qu’ils n’ont pas forcément eu l’occasion de mobiliser régulièrement dans leur vie professionnelle.
Si l’on regarde l’établissement et les TIC à travers ce prisme on constate qu’il devient indispensable pour tous ceux qui veulent proposer cette filière qu’il y ait un administrateur d’ENT ou de réseau et un gestionnaire TICE disciplinaire (ou pédagogique). Si l’on regarde les programmes et les orientations TIC on retiendra principalement trois grandes entrées : S’informer, produire, collaborer (le document ajoute, apprendre par l’EAO, s’organiser, s’évaluer, mais nous les considérons comme sous ensembles des trois autres). Ces trois verbes proposent des actions situées dans un contexte de système d’information, de système de collaboration, de système de sécurisation, et de système de documentation.
En tout cas on se demande comment on pourra demander aux enseignants de mettre en oeuvre tout cela à court terme, si tant est qu’il le faille. En fait il me semble que ce texte, ainsi que le programme, indiquent des directions à prendre plutôt que ds objectifs à court terme.
On peut constater que, par ce programme, ce sont les SIC, sciences de l’information et de la communication qui associée à l’informatique (comme champ disciplinaire spécialiste du traitement de l’information) font leur entrée dans le système scolaire. Passer d’une technique à une science n’est pas neutre, tant les débats actuels autour d’autres disciplines (la technologie par exemple) qu’en ce moment il devient de plus en plus difficile d’être seulement dans le monde de l’empirisme pour parvenir à une maîtrise de l’environnement et que l’on peut de moins en moins faire l’économie de la démarche scientifique. L’usage, qui serait enfermant si l’on s’y limitait à l’école, ne peut se concevoir en dehors de cette dimension technico-scientifique, si l’on veut permettre aux jeunes qui apprennent des métiers de ces secteurs de s’adapter aux évolutions futures.
Quant aux ENT, dont l’utilité dans l’enseignement général peut sembler encore une idée lointaine, il est clair qu’ici ils prennent leur sens. Encore faudra-t-il l’on en prenne réellement conscience.
A débattre
BD

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :