Déc 27 2008

Quelles est la bonne taille ?

La multiplication des écrans dans notre quotidien pose la question de savoir quelle en est la bonne taille ? On me répondra que  » ça dépend « . Effectivement, on ne peut s’arrêter à la question de la dimension de l’écran si on n’analyse pas aussi ce que l’on veut faire avec.

L’origine de cette question vient d’un élément qui apparaît dans la dernière enquête du CREDOC qui met en évidence la difficulté du passage à Internet sur les téléphones portables. Cette étude est confirmée par d’autres que l’on peut touver ici ou là sur le web. Qui se rappelle du WAP ? Ce format pour le web sur téléphone portable n’a pas réussi sa percée. 

Utilisant un EEEPC depuis sa sortie (écran 7 pouces) je me suis vite rendu compte du handicap de cette taille d’écran pour un certain nombres d’usages. Ainsi les pages web ne s’affichent pas complétement. Ce dysfonctionnement a été depuis partiellement réparé et les écrans ont gagné deux ou trois pouces supplémentaires en diagonale.

 

Il semble qu’il faille revenir à la question principale : l’ergonomie. Quelles interfaces hommes machines pour quels usages ? Le texte (dominant sur le web) a déjà montré qu’il était difficilement lisibles sur des petits écrans de téléphone portable. C’est pour cela que des produits à écrans plus large et à écran tactile semblent avoir du succès. Ayant un PDA (le premier proposé par Dell) que je n’utilise plus, je m’étais trouvé face au même problème d’ergonomie. Et pourtant l’écran était activé par stylet (c’est moins tendance qu’avec les doigts) et la taille d’écran proche des nouveaux outils. Et pourtant les PDA n’ont eu qu’un succès grand public limité.

 

L’intérêt du téléphone portable (dont on sait qu’il devient un outil massivement multifonction) est sa taille et donc les usages qu’il permet du fait de sa taille. On parle parfois de mobiquité (comme le fait Francis Pisani dans un récent billet sur son blog (http://pisani.blog.lemonde.fr/2008/12/26/l’ere-de-la-mobiquite/). Cependant il suffit d’aller dans un train pour se rendre compte de la place prise par les écrans de plus grandes taille dès lors qu’il y a du texte à lire et à écrire. Pour la vidéo seule, des écrans plus petits semblent pouvoir satisfaire les utilisateurs. Le téléphone portable lui, reste quand même massivement dans l’oral (et un peu le jeu…)ou l’oral-écrit (SMS).

 

Dans une salle de classe ou de formation, l’arrivée des ordinateurs portables est en cours (en dehors des expérimentations de certains départements). Ordinateurs portables personnels, ou classes mobiles, des solutions sont proposées. Mais avez vous déjà eu un groupe avec ces écrans devant les yeux ? Vous vous êtes surement rendu compte que cela génait une pédagogie traditionnelle plutôt centrée sur la transmission ou la classe dialoguée. De plus la taille des écrans est souvent un écran aux échanges interpersonnels. Il n’est pas rare de voir qu’un participant à ouvert sa fenêtre sur Internet, soit pour s’évader, soit pour vérifier ce que vous dites, soit pour continuer un travail. Ainsi donc la taille de l’écran est-elle encore un problème. Attracteur étrange (pour reprendre le mot de G Jacquinot), l’écran de toute taille mérite que l’on réfléchisse à ce que l’on va en faire dans nos contextes pédagogiques afin d’en faire un véritable outil d’aide aux apprentissages. 

Quand aux interfaces vocales ou tactiles, en contexte scolaire, comme ailleurs, cela réclamera des changements importants dans les manières de faire…

 

A suivre donc

 

BD

Print Friendly, PDF & Email

1 ping

  1. […]  Article de B. Devauchelle sur son blog. […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :